Une française en Italie

Au fil de mes voyages, le coeur entre la Sicile et la France, je partage tout avec vous: bons plans, livres, films, cuisine, et mes idées!!

mardi 6 mai 2008

Mes chères études

Au détour des rayons de Virgin Megastore, un après midi où je me baladais à la recherche d’un bon bouquin, je suis tombée sur ce livre, dont la couverture a attiré mon regard. On y voit le corps d’une jeune femme, mi prostituée, avec les billets dans la main et un bas résille et sur l’autre moitié du corps, un tailleur noir, et une pile de livres dans la main droite. Intriguée, je lis le sous titre du livre : étudiante, 19 ans, job alimentaire : prostituée. Ceci m’a poussée à investir les quelques 18 euros nécessaires à l’achat.

De suite à la maison, je m’affale dans le canapé et commence ma lecture, les pages défilaient et je fis connaissance avec cette jeune fille qui a l’âge de ma plus jeune sœur, et qui nous décrit avec détails la descente aux enfers liée au manque d’argent. Je m’explique, Laura a une passion pour les études, une fois inscrite à la fac de langues elle découvre combien la vie étudiante coute cher, et combien il est compliqué de survivre sans le moindre sou. Issue d’une famille avec des revenus moyens, cette jeune fille doit sans cesse jongler avec les quelques euros qu’elle possède, et se retrouve donc à répondre aux petites annonces glauques du net, pour une fois (croit-elle naïvement) se faire du fric, rapidement.

Laura devient une prostituée, pas de celles qui sont sur le trottoir en ville, non de celles qui du matin au soir sont sur les bancs de la fac et qui pour se permettre de suivre les cours, se transforment en femme enfant le soir venu, dans les bras de quadragénaires lubriques. Une lecture qui m’a permis de prendre conscience du phénomène que j’ignorais jusque là. A vrai dire, j’ai fait un BTS et je dormais chez mes parents tous les soirs, je ne connais rien du drame et de la précarité de ces filles, que je ne juge pas, tant l’erreur est ailleurs. Laura est donc juste une fille parmi tant d’autres, on parle de 40 000 en France. Qui pour obtenir leurs diplômes doivent parfois payer de leurs corps ces chères études.

Posté par emilietasoeur à 10:55:00 - Au fil de mes lectures - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    poésie?

    où est la poésie dans tout ça?

    Posté par dan, mercredi 7 mai 2008 à 09:14:49
  • J'ai arrêté..

    Mes parents avaient décidé de nous payer à mes frères/soeurs et à moi , 2 années après le bac. donc ma troisième année de fac j'ai du bosser en semaine (car je bosais déjà le WE dans un bar) j'ai tenu 2 ans. C'est le rythme que je ne tenais plus. D'histoire de l'art je suis passée pompiste....mais je n'ai aucun regrets car , de toute façon , je voulais être serveuse...et maintenant je suis à mon compte avec mon mari.
    Biz.... j'ai envie de lire!!!!

    Posté par Garance, jeudi 15 mai 2008 à 06:34:45
-->

Poster un commentaire